Bien sûr, il n’est pas facile de choisir des lunettes! Votre optométriste est bien placé pour le savoir!

Choisir une monture qui nous donnera satisfaction, confort, et belle allure… n’est certes pas une chose facile.

Savoir quel genre de lentilles nous avons besoin : avec ou sans double-foyers, foyers progressifs, traitement anti-égratignures, traitement anti-reflets, traitement contre les rayons ultraviolets, tout cela est-il nécessaire? Est-ce que ce sera une monture de plastique ou de métal? Combien cela va-t-il coûter? Quels sont les choix appropriés? Qui peut nous conseiller adéquatement? Au secours!

Face à toutes ces inquiétudes et puisque certaines publicités tapageuses sont souvent trompeuses ou difficiles à saisir, l’Association des Optométristes du Québec a décidé d’aider et de conseiller les consommateurs lorsqu’ils veulent acheter des lunettes…

Les règles à suivre

Règle 1
Faites affaire avec quelqu’un en qui vous avez confiance. Si vous n’allez pas chez le même optométriste, demandez aux gens autour de vous; ils sauront sans doute vous référer à quelqu’un de confiance.

Règle 2
Notez quelque part vos plaintes et vos symptômes visuels, quand ils apparaissent et depuis quand. Cela vous facilitera la tâche quand votre optométriste vous posera des questions. Notez aussi les questions spécifiques que vous voulez lui poser.

Règle 3
Il vous faut bien identifier vos besoins. La première chose à faire avant d’acheter vos lunettes est une évaluation de vos critères de sélection : utilisation de vos lunettes, deuxième paire (En ai-je vraiment besoin? Vaut-il mieux deux paires de moindre qualité qu’une seule paire de qualité?), est-ce que ce sera une lunette-mode ou une lunette classique? Quelles sont les caractéristiques dont vous avez besoin? etc.

Règle 4
Si vous faites un travail particulier (par exemple, travail à un ordinateur) ou si vous avez des loisirs qui demandent une vision particulière, il faut en aviser l’optométriste afin qu’il puisse vous examiner en conséquence.

Règle 5
Demandez si une modification dans la puissance de vos lunettes est requise et si vous devez absolument changer de prescription. Parfois, une variation minime ne requiert pas nécessairement un changement. Si vous êtes dans le doute, demander à voir la différence : l’optométriste pourra vous la montrer à l’aide de petites lentilles d’essai.

Règle 6
LE PRIX. Méfiez-vous des rabais miraculeux « 2 pour 1 ». Le plus souvent, vous avez un produit discontinué, difficile à ajuster ou de qualité douteuse. Faites-vous une idée du prix que vous voulez payer et parlez-en à votre optométriste.

Règle 7
Il faut poser des questions sur les produits, les traitements, les caractéristiques de ce que l’on vous propose. Demandez s’il y a des alternatives moins chères qui répondront quand même à vos besoins.

Règle 8
Si quelqu’un vous offre un produit ou un traitement et que vous voulez plus d’informations, demandez qu’on vous montre un échantillon de ce produit ou de ce traitement ou s’il y a de la documentation disponible à ce sujet.

Règle 9
Si vous avez obtenu votre ordonnance à un endroit et que vous achetez vos lunettes à un autre endroit, demandez QUI vous garantit satisfaction. Devrez-vous débourser encore si le travail doit être repris?

Règle 10
Si vous doutez de ce que l’on veut vous vendre, vérifiez ailleurs pour en avoir le coeur net, que ce soit au niveau des prix ou des caractéristiques de vos lunettes.

LES COMPOSANTES IMPORTANTES DES LUNETTES

Voici diverses informations générales sur les montures et les lentilles pour vous aider à mieux choisir ce qui vous convient.

La monture
Votre monture doit être de qualité et bien adaptée à votre visage. Le choix d’une monture ne doit pas être fait à la légère. Elle doit aussi être solide. Assurez-vous de ne pas acheter une monture discontinuée ou qui le sera bientôt. À moins que vous vouliez payer vraiment moins cher et qu’il vous importe peu que les pièces ne soient plus disponibles.

Les lentilles
Les lentilles peuvent être faites de trois matériaux.

  1. En verre (lentilles minérales)
    Elles sont de moins en moins prescrites, car elles ne sont pas entièrement sécuritaires. Afin de les rendre quelque peu plus sécuritaires, on doit les traiter pour augmenter leur résistance à l’impact (trempe thermique ou chimique), mais elles demeurent moins sécuritaires que celles de plastique ou de polycarbonate. En aucun cas le verre peut être « incassable ». Dans le cas de prescriptions importantes, les lentilles amincies vont être plus esthétiques.

  2. En matière plastique (lentilles organiques)
    Elles sont beaucoup plus résistantes et beaucoup moins lourdes que les lentilles de verre. Aujourd’hui, plus de 80 % des prescriptions sont faites de matière organique. Par contre, elles se rayent plus facilement et doivent être passées sous l’eau du robinet avant d’être essuyées. Des lentilles amincies sont aussi disponibles en plastique.

  3. En polycarbonate
    Le polycarbonate est une nouvelle matière qui a pour propriété d’être la plus résistante aux chocs. Par contre, les lentilles se rayent plus facilement. Ces lentilles doivent avoir un traitement anti-égratignures. Le polycarbonate est 10 % plus mince que le verre et 15 % plus mince que le plastique. Il possède aussi l’avantage d’absorber tous les rayons ultraviolets jusqu’à 380 nanomètres.

Les teintes
Afin de contrer les éblouissements, on peut faire teinter les lentilles. Les verres en plastique offrent une plus grande variété de teintes. Par contre, les couleurs grises et brunes sont les plus recommandées pour les lunettes solaires.

Le traitement anti-égratignures
Utilisé avec les lentilles de plastique et de polycarbonate, c’est le traitement qui permet de rendre la surface plus résistance aux abrasions.

Le traitement anti-reflets
Ce traitement va réduire les réflexions causées par les lumières; cela en fait un verre plus esthétique. De plus, ce traitement augmente la quantité de lumière qui passe à travers la lentille ophtalmique.

Les lentilles photochromiques. Depuis les années ’60, les lentilles qui teintent selon l’intensité de la lumière sont disponibles en verre. Depuis peu, les lentilles de plastique peuvent aussi avoir cette caractéristique. Mais elles sont plus onéreuses que les lentilles de verre.

Les lentilles polarisées
Les lentilles polarisées contiennent un filtre qui élimine les réflexions dues aux surfaces réfléchissantes telles la neige, l’eau, la route, etc. Ces lentilles sont avantageuses pour les individus qui font du bateau, les automobilistes, les skieurs.

Le traitement contre les rayons ultraviolets
Puisque la plupart des lentilles, teintées ou non, ont une absorption inadéquate entre 300 et 400 nanomètres, on appose un traitement de surface qui contient des absorbants de rayons ultraviolets Cela peut se faire par simple trempage des lentilles.

Les rayons ultraviolets : on peut se protéger

Qu’est-ce que les ultraviolets?
Il existe dans la nature plusieurs types de rayonnement et l’on sait, depuis le 19e siècle, qu’il existe des rayons invisibles à l’oeil. On connaît notamment la gamme de l’infrarouge et de l’ultraviolet, mais avec l’amincissement de la couche d’ozone, on entend parler de plus en plus des rayons ultraviolets.

Ce type de radiation se retrouve dans une source naturelle (les rayonnements du soleil) mais est également émis par des sources artificielles :

  • des sources thermiques ou incandescentes (par exemple, les torches à oxyacétylène ou celles utilisées pour la soudure à arc émettent de façon intense des ultraviolets
  • les sources luminescentes. Ainsi, les lampes-éclairs comprennent une dose significative de rayons ultraviolets

En ce qui concerne l’oeil et la vision, on ne connaît aucun effet bénéfique. Il faut donc protéger ses yeux de ces radiations.

Les ultraviolets, bénéfiques et néfastes
Pour l’être humain, l’exposition au rayonnement ultraviolet est à la fois bénéfique (il participe à la création de la vitamine D) et à la fois néfaste (il cause coups de soleil, cancer de la peau, etc.). La destruction progressive de la couche d’ozone va diminuer la filtration des rayons UVB. La communauté scientifique s’inquiète de plus en plus de cette situation. Vraisemblablement, nous serions donc sujets à de plus grandes expositions aux rayons nocifs de l’ultraviolet dans les années à venir.

Différents types de rayons ultraviolets
On distingue trois sortes de rayons ultraviolets selon leur longueur d’onde :

  • Les rayons UVA
    Les UVA ont une longueur d’onde de 400 à 315 nm. C’est cette lumière ultraviolette qui, en conjonction avec l’UVB, est responsable du bronzage. Malheureusement, elle « bronze » les yeux autant que la peau… Ces rayons sont absorbés par le cristallin, la lentille à l’intérieur de l’oeil qui règle la focalisation de notre système visuel. Or, plusieurs recherches ont démontré que ces rayons contribuent à accélérer la formation de cataracte.La cataracte est une opacification du cristallin, laquelle empêche de plus en plus la lumière de se rendre au fond de l’oeil (sur la rétine). À mesure que cette cataracte progressera, on constatera une diminution graduelle de l’acuité visuelle. Ainsi, la cataracte sera embêtante, gênant progressivement les activités de ceux qui en souffrent. Les UVA sont néfastes même si on ne remarque pas immédiatement leur action qui est lente et cumulative.
  • Les rayons UVB et les UVC
    Les rayons UVB ont une longueur d’onde de 315 à 280 nm alors que les UVC vont de 280 à 10nm. Ce sont ces rayonnements qui provoquent les coups de soleil et le vieillissement de la peau. Au niveau de l’oeil, ces rayons touchent notamment la cornée et la conjonctive bulbaire (les deux couches extérieures de l’oeil).Les effets des UVB sont généralement à court terme, mais sont très incommodants.Les « flashs » du soudeur et « l’oeil rouge » du skieur sont deux résultats bien connus d’une exposition intense sans protection aux rayons UVB.
Types Sources possibles Effets
Rayons UVA
315 à 400nm
– Soleil
– Salon de bronzage
– Vieillissement de la peau
– Coup de soleil
Rayons UVB
280 à 315nm
– Soleil
– Salon de bronzage
– Lampe éclair (flash)
– Vieillissement de la peau
– Coup de soleil
Rayons UVC
100 à 280nm
– Torches à acétylène
– Lampe éclair (flash)
– Photokératite
– Cancer

Les effets des UV sur les yeux, ça peut faire mal!
Toutes les personnes exposées aux rayons ultraviolets sont sujettes à leurs effets. Que ce soit au travail ou dans les loisirs, on devrait porter une protection efficace et adaptée à l’activité que l’on pratique.

Les personnes davantage à risque sont celles dont le travail ou les activités les amènent à être davantage exposées aux rayons UV. Il ne faut pas oublier les gens qui vivent beaucoup à l’extérieur ou qui pratiquent régulièrement des activités de plein air, les amateurs de bain de soleil ainsi que les utilisateurs de la lampe solaire ou du salon de bronzage.

Les ultraviolets, comment s’en prémunir
La plupart des gens auraient avantage à se protéger les yeux en été comme en hiver. La neige, de même que les surfaces de l’eau, jouent un rôle important dans la réflexion des rayons nocifs pour les yeux. Vous remarquerez combien d’individus ayant passé la journée sur l’eau ou sur les pentes de ski sont bronzés. Les mêmes rayons qui bronzent la peau vont aussi « bronzer » les yeux.

Comme on doit s’enduire d’une crème solaire pour se prémunir des brûlures ou du cancer de la peau, on doit se munir de lunettes solaires avec un traitement anti-UV pour se protéger les yeux.

LES PERSONNES À RISQUE… êtes-vous de celles-là?

  • Les individus atteints de cataractes
  • Les individus opérés de cataractes avec ou sans lentille intra-oculaire (à moins qu’elle ne soit traitée anti-UV)
  • Les sportifs (pêcheurs sur la glace ou sur l’eau), les motoneigistes, les skieurs, les coureurs, les véliplanchistes, les escaladeurs et les golfeurs
  • Les travailleurs : ceux exposés à la réflexion du soleil sur la neige, le ciment, l’eau, le sable… (ex. : monteurs de ligne hydroélectrique, les métiers reliés à la construction)
  • Les travailleurs exposés dans leur environnement aux ultraviolets provenant d’autres sources que le soleil : les soudeurs, les travailleurs en arts graphiques, scientifiques et les techniciens de laboratoire
  • En règle générale, toute personne qui par son travail ou ses loisirs va passer quatre heures et plus au soleil devrait se protéger
  • Autres circonstances : Les individus qui utilisent des médicaments photosensibilisants tels que les contraceptifs oraux, la tétracycline, les sulfonamides; puisque ces substances augmentent les risques d’effets secondaires de phototoxicité et de photoallergie

Les lunettes solaires ET LES RAYONS ULTRAVIOLETS
L’oeil se protège d’une lumière trop intense en diminuant l’ouverture de la pupille. Le port d’une lunette solaire est donc vraisemblablement une solution logique pour se soulager des effets de l’éblouissement.

Si vos lunettes solaires ne possèdent pas un traitement anti-UV efficace, le port de ces lunettes va soumettre vos yeux à une exposition plus grande aux rayons ultraviolets.

Par contre, l’assombrissement provoqué par la lunette solaire va conduire à une augmentation du diamètre pupillaire et va permettre à une plus grande partie du rayonnement UV de pénétrer dans l’oeil. Il est essentiel que vos lunettes solaires vous protègent autant contre les UV qu’elles vous abritent de la lumière visible…

N’hésitez pas à consulter votre optométriste
pour qu’il vous conseille sur ce sujet.


(Source : Association des Optométristes du Québec)